L’Afrique ’’doit une dette à Haïti’’, a affirmé vendredi à Dakar le député écologiste Ousmane Sow ’’Huchard’’, soulignant qu’il considère ce pays qui a été secoué par un violent séisme le 12 janvier dernier, comme le ’’temple sacré’’ de l’Union africaine (UA).

S’exprimant lors de la réunion d’urgence du Parlement sur Haïti, M. Sow a décrit cet Etat comme ‘’un pays meurtri et en plein désarroi’’ et ’’oublié depuis 1960 par tous les pays africains‘’.

’’Pour avoir osé le premier porter le flambeau pour la libération du Peuple noir’’, Haïti est ’’le temple sacré’’ de l’Union africaine, a-t-il indiqué, affirmant que ’’l’Afrique devant l’histoire doit payer sa dette à Haïti’’.

Pour sa part, le sénateur Oumar Khassimou Dia du Groupe ’’Démocratie et Progrès’’, qui regroupe des partis non-inscrits et des membres de Bennoo Siggil Senegaal (opposition), a souligné qu’on ne peut pas s’opposer à la proposition du chef de l’Etat en raison de la gravité de la situation en Haïti.

‘’Le groupe adhère, mais ne connaît pas le suivisme ni l’unanisme‘’, a-t-il souligné, tout en rappelant qu’Haïti est un symbole.

Les Africains doivent soutenir ce symbole qui représente la lutte contre les inégalités raciales, a exhorté M. Dia, invitant les autorités sénégalaises à concrétiser leur geste envers le peuple haïtien.

Toutefois, le parlementaire estime qu’il y a un préalable par raport à la proposition du président Abdoulaye Wade pour un retour volontaire des Haïtiens en Afrique.

‘’Il faut régler des problèmes de l’intérieur pour ne pas créer des mécontents‘’, a-t-il conseillé, citant notamment les inondations et les problèmes fonciers.

De son côté, Abdou Sané du Groupe ’’Libéral et Démocratique’’ (Assemblée nationale) a invité l’Union africaine à examiner sérieusement cette proposition du chef de l’Etat sénégalais d’offrir l’hospitalité aux Haïtiens.

Il s’agit, dit-il, d’un acte de foi, d’un geste de solidarité et d’une initiative fondée sur le respect et la considération du peuple haïtien.

Le député libéral a ainsi appelé ses pairs, les membres du gouvernement, les directeurs généraux des sociétés nationales, les présidents de conseil d’administration, le secteur privé et les hommes de bonne volonté à donner deux jours de salaire en guise de contribution en faveur des survivants.

‘’Nous invitons les Sénégalais sans distinction à faire un don symbolique envers le peuple haïtien. Que les familles qui ont des moyens acceptent d’accueillir des jeunes haïtiens orphelins décidés à venir au Sénégal’’, a-t-il suggéré, proposant que ces jeunes ’’soient considérés comme des pupilles de la nation’’ pour ainsi pouvoir ’’leur offrir des bourses d’étude’’.

Lors de la session d’urgence du Parlement, députés et sénateurs ont voté à l’unanimité la proposition du chef de l’Etat sénégalais portant sur une contribution de cinq cent millions de francs CFA (un million de dollars) au titre d’une aide d’urgence en faveur d’Haïti.

source: Aps

About these ads