Recherchées depuis l’éclatement de l’affaire dite scandale pornographique dans les Sicap Liberté, K.D et A.N ont été finalement retrouvées par les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic). C’est libres qu’elles sont reparties des locaux des enquêteurs. Mineures à l’époque des faits en 2008, elles sont, aux yeux de la loi, plus victimes que mises en cause. Et leur déposition a révélé l’existence d’une organisation criminelle exerçant dans la pornographie, et dont les cibles semblent être les proies faciles et inconscientes, c’est-à-dire les mineures. En cette qualité, le consentement ne s’applique pas à elles.

Pornographie-Affaire des filles nues sur Internet. La Dic entend puis relâche A.N et K.D: “On ne savait pas ce qu’on faisait” avouent les deux filles
Pornographie-Affaire des filles nues sur Internet. La Dic entend puis relâche A.N et K.D: “On ne savait pas ce qu’on faisait” avouent les deux filles

Non seulement ces deux mineures ont été « détournées », aux yeux de la loi, mais aussi les films de leurs ébats sexuels se sont retrouvés dans le net. Devant les enquêteurs, elles ont avoué qu’en tant que mineures, elles ne savaient pas ce qu’elles faisaient. Pour filmer leurs ébats, le Français leur avait proposé à chacune la modique somme de 10.000 F Cfa. Les dépositions des deux filles font ressortir qu’elles ont été piégées par une vraie organisation pornographique, qui ciblait surtout les proies faciles, c’est-à-dire les mineures. Le Procureur de la République, Ousmane Diagne, s’était autosaisi après les révélations de « Walf Grand Place ». Exécutant cette instruction du ministère public, la Dic avait effectué une descente chez les deux mises en cause, qui avaient disparu depuis l’éclatement de cette affaire.

About these ads