Archive for 21 juin 2012



La révélation du marabout, Baye Sidy Kounta, dans les colonnes du journal Rewmi de ce jeudi 21 juin, affirmant que la date du « 18 juillet sera marquée par des événements jamais connus à Dakar. Il y aura beaucoup de morts d’enfants », a fait réagir Ndiassane. En effet, le Khalife de Baye Bou Mohamed Kounta, Sidy Mokhtar Kounta, qui a appelé à la rédaction de Seneweb, a indiqué que « ce qu’il a dit n’est pas fondé, c’est un enfant. On se démarque de ce qu’il a dit. Que personne ne se base sur ses propos. Ce sont des mensonges, des propos qui peuvent « brûler » le pays », a-t-il expliqué au bout du fil.  » A Ndiassane, poursuit-il, on ne fait pas de la voyance, on ne connaît pas cela. Si on nous entend parler, c’est sur le Coran et la Sunna ».

Parlant au nom de la famille de Ndiassane, le fils du 5ème Khalife de Ndiassane a fait comprendre que « Baye Sidy Kounta n’a reçu le Ndiguël de personne. Il l’a fait sans le consentement de la famille. Aucun membre des familles de Ndiassane, Ndank, Kouyate, Nder ne lui a donné ce consigne ». Même si le jeune marabout n’habite pas à Ndiassane, Sidy Mokhtar Kounta reconnait quand même qu’il est un « Kounta Kounta ». Selon lui, Baye Sidy Kounta qui habite à Rufisque est un fou. « Il pique des crises, il n’est pas normal. C’est un fou », a-t-il dit avant d’ajouter: « si tu l’avais vu, tu aurais même envie de lui donner de l’aumône ».

A l’en croire, Depuis ce matin, Ndiassane reçoit, de partout, des appelles pour demander la véracité des propos.


Me Ousmane Ngom, ancien ministre de l’Intérieur, vient de recouvrer la liberté après un retour de parquet. On ne sait pas s’il s’agit d’une liberté provisoire ou autre, l’avocat ne voulant visiblement pas se prononcer sur cette question, malgré l’insistance des journalistes présents au palais de justice. Selon Me Ousmane Ngom, il aurait été question durant son interrogatoire de l’origine de ses biens. Il soutient qu’il a répondu aux enquêteurs qu’il n’avait que deux maisons à Saint-Louis. Toujours selon ses dires, les enquêteurs n’ayant pu avoir gain de cause sur cette question, lui ont reproché ses propos après sa première convocation par le procureur de la République selon lesquels il ne répondra plus à aucune convocation de ce dernier, et appelant ses partisans à en faire autant, tant que la campagne électorale n’aura pas connu son terme. Il leur aurait répondu qu’il maintenait ses propos, estimant que les convocations du procureur de la République avait des motifs purement politiques et s’expliquaient par l’accueil favorables des populations  » l’idée  » du sopi.  » Quand une idée pénètre les masses, plus rien ne peut plus l’en extirper « , s’est-il fendu. Il est aussitôt monté dans sa voiture en compagnon du patron de l’Union des Jeunesses travaillistes libéraux (Ujtl), Bara Gaye. Rappelons que Me Ousmane Ngomp avait été cueilli hier dans un hôtel de Kolda, dans le sud du pays où il s’était rendu pour les besoins de la campagne électorale, et était en garde à vue à la caserne de gendarmerie Samba Diéry Diallo.


L’ancien ministre de la justice et responsable libéral, Me Ousmane Ngom, cueilli très tôt hier à Kolda par la Brigade d’Intervention polyvalente (Bip) de la police, a été remis en liberté, après avoir passé la nuit dans la brigade de la section de Recherches de la gendarmerie de Colobane. Me Ousmane Ngom s’est aussitôt adressé à la presse, après avoir été entendu sur son patrimoine, mais aussi sur le délit d’outrage à magistrat. L’ancien ministre de l’intérieur qualifie l’attitude des nouvelles autorités à de la comédie. « Tout ça, c’était de la poudre aux yeux », fait-il savoir. « Ce qui s’est passé hier, à Kolda, n’est rien d’autre qu’un kidnapping. Lorsque j’ai été convoqué pour la première fois, je suis resté durant deux heures de temps sans voir personne. Ils ont voulu faire leur show, en faisait ce qu’ils ont fait à Kolda, comme s’ils prenaient un terroriste. C’est indigne du Sénégal », martèle Me Ousmane Ngom. « J’ai consacré ma vie à combattre l’injustice. Leur prétexte, c’est l’enquête de patrimoine. Je leur défie de publier l’enquête de patrimoine. Je vais reconstituer le procès verbal, puis publier mon patrimoine. Moi, j’ai choisi le métier de politicien pour le compte du Sénégal. J’ai deux maisons à Saint-Louis. Qu’ils nous laissent faire notre campagne normalement. Ils ont peur de la marche du Sopi à Kolda et dans les autres régions », déclare Me Ousmane Ngom, qui a été libéré avec avoir passé la journée d’hier entre le Palais de Justice et la Section de la Gendarmerie de Colobane.


Le marabout Baye Sidy Kounta a fait une terrible révélation dans les colonnes du journal Rewmi. Ce jeune marabout de la famille Kounta de Ndiassane déclare qu’un malheur d’une trés grande ampleur s’abattra sur la capitale sénégalaise dans les jours qui viennent.
« la date du 18 juillet sera marquée par des événements jamais connus à Dakar. Ce sera le sauve qui peut. Il y aura beaucoup de morts d’enfants. Cela est en général dû au fait que, tout individu qui convoite ce qui ne lui est pas destiné, fait un sacrifice humain pour pouvoir l’obtenir « , .
Le marabout n’a pas donné des recettes pour conjurer ce malheur qui guette Dakar.
En tout cas Baye Sidy Kounta est connu par la justesse de ses prédictions. Il avait vu venir la victoire de Macky Sall et l’avait annoncée dans les journaux.

Source: Senego.com

http://actu-senegalaise.senego.com/le-marabout-baye-sidy-kounta-un-grand-malheur-va-sabattre-sur-dakar-le-18-juillet-prochain_22162.html#ixzz1yNOY0anr

Senego.com


La tête de liste nationale du Mouvement de la Réforme pour le Développement social (Mrds), Imam Mbaye Niang, qui était à Saint Louis hier, mercredi, pour les besoins de la campagne électorale pour les législatives du 1er juillet, s’est prononcé sur l’arrestation de l’ancien ministre de l’Intérieur, Me Ousmane Ngom. Il n’a pas hésité à lui rappeler les devoirs d’un citoyen. « Quand un citoyen est convoqué à la Gendarmerie ou à la Dic (N.d.r. : Division des Investigations criminelles), il doit déférer à la convocation. C’est un devoir citoyen », a-t-il déclaré. Il a fait comprendre que « personne n’a le droit de récuser une convocation, sous peine d’être traité comme il l’a été. Je pense que c’est des choses à éviter ». Pour lui, un ex-ministre est un citoyen. Mieux, dit-il, « le fait d’être président de la République n’enlève en rien votre qualité de citoyen et un citoyen doit respecter les institutions républicaines ».


Cueilli hier, mercredi, par la Brigade d’Intervention polyvalente de la Police (Bip) dans les toilettes de sa chambre de l’hôtel Hobbé de Kolda, Ousmane Ngom a passé sa première nuit de garde-à-vue à la section de Recherches de la gendarmerie. Des sources du journal L’As indiquent d’ailleurs qu’ils pourrait être placé sous mandat de dépôt pour incitation aux citoyens à enfreindre les lois du pays et outrage à magistrat (pour avoir soutenu qu’il ne répondra plus à une quelconque convocation). Notre source confie que « s’il a été le seul à avoir été arrêté et de façon aussi spectaculaire, c’est qu’il a osé défier publiquement l’autorité en criant sur tous les toits qu’il ne répondra à aucune convocation, tant que la campagne pour les élections législatives ne sera pas terminée ».


Le Mouvement de la Réforme pour le Développement social (Mrds) de Imam Mbaye Niang était hier, mercredi, à Saint-Louis pour les besoins de la campagne électorale pour les législatives du 1er juillet.

Une caravane couronnée de succès, selon L’As. Mais ce qui a frappé plus d’un, c’est sans doute la popularité du prêcheur Oustaz Alioune Sall qui a éclipsé les politiques. Il était la vedette lors de cette tournée. En effet, de la gare routière à l’entrée de la ville à Goxu Mbathie, en passant par Fora, Pikine, Angle Tall, Eaux Claires, Léona, Garage Bango, Khor, Bango, UGB, Diawling, Marché Sor, Nord et Sud, il n’y en avait que pour Oustaz Alioune Sall. On n’entendait que le nom du célèbre prédicateur de Sud Fm.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 414 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :