Les acquis liés à la nature essentiellement confrérique de l’Islam sénégalais devraient être préservés pour protéger le pays contre les dangers de l’extrémisme, a soutenu le marabout mouride, Cheikh Abdou Ahad Mbacké Gaïndé Fatma, saluant sous ce rapport l’arrivée de religieux musulmans à l’Assemblée Nationale où ils pourront, selon lui, servir l’Islam.

‘’Dans tous les pays où le phénomène de l’Islamisme prospère, c’est parce que les populations n’ont pas de repères, elles n’ont pas de guides religieux issus de leur terroir qui les orientent vers un Islam pacifique’’, a fait observer ce dignitaire mouride, dans un entretien publié par l’édition de mardi du quotidien Le Populaire.

‘’Au Sénégal, les gens aiment le Prophètes (PSL) plus que les Arabes et adorent la religion islamique du fait de l’éducation inculquée par Cheikh Ahmadou Bamba, El Hadj Malick Sy, entre autres. A chaque fois que la cohésion sociale est menacée, ils montent au créneau pour rétablir l’ordre’’, a argumenté M. Mbacké, par ailleurs président de la commission information du grand magal de Touba, annuellement organisé pour commémorer le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme.

‘’Ce sont des hommes de paix et de tolérance qui ont bâti le Sénégal. Il faut préserver cet acquis qui nous différencie des autres pays où règne une violence indescriptible’’, a fait valoir Cheikh Abdou Ahad Mbacké Gaïndé Fatma.

‘’Si jamais l’Etat fragilise les confréries, ces Islamistes, qui occupent le Nord du Mali, vont mettre notre pays dans le chaos’’, a-t-il indiqué, soulignant que la percée des religieux à l’issue des législatives constitue de ce point de vue ‘’une excellente chose’’.

‘’Je salue cette arrivée des religieux à l’Assemblée. Ils pourront servir la religion dans l’hémicycle, parce qu’ils vont participer au vote des lois, et je pense qu’ils seront là-bas pour le peuple, mais surtout pour l’Islam’’, a-t-il argumenté.

Il a par ailleurs réfuté l’idée, selon laquelle, la percée des religieux est de nature à développer l’Islamisme au Sénégal. ‘’Ceux que vous appelez les religieux ont été élus sur la base d’un programme laïc fondé sur des valeurs typiquement sénégalaises’’, a-t-il relevé.

Selon lui, ce qui pourrait ‘’créer une violence qui conduit souvent nos pays dans le chaos, c’est l’accumulation de frustrations, le non-respect des engagements pris devant le peuple sénégalais souverain, qui a mis fin au règne d’un régime, par la voie démocratique’’.

About these ads