Ils avaient largement contribué à la réélection du président Abdoulaye Wade en 2007. Depuis, Cheikh Béthio Thioune et ses talibés ont attendu en vain le retour de l’ascenseur. Sous la houlette de Serigne Saliou Gueule Tapée, fils aîné de leur Cheikh, les Thiantacounes comptent bien organiser la riposte.

SE DISANT VICTIMES DE L’«INGRATITUDE» DU REGIME : Les Thiantacounes organisent la riposte

Serigne Saliou Thioune Gueule Tapée ! Il faudra désormais retenir ce nom. Ainsi appelle-t-on le fils aîné de Cheikh Béthio Thioune qui va désormais assurer une bonne partie des activités que menait son père, le guide des Thiantacounes. Non pas parce que la santé du Cheikh ne s’est pas améliorée, mais juste parce que les Thiantacounes comptent franchir un nouveau pas dans leurs activités. Ils veulent prendre davantage leur destin en main. Ce, en descendant dans l’arène politi­que où ils comptent bien se faire une place de choix.

Nos sources sont formelles : «Le parti politique des Thiantacounes est sur pied.» En fait, à défaut de pouvoir confirmer si oui ou non «le parti des Thiantacounes» a fini d’être mis en place, nous sommes au moins en mesure de dire que cette for­mation politique est en gestation depuis plusieurs mois. Confirmation nous en a été donnée par l’entourage direct de Serigne Saliou Gueule Tapée. Déjà, plusieurs réunions ont été tenues dans ce cadre, notamment le vendredi 19 janvier au Point E. «C’est la première réunion à laquelle a assisté Serigne Saliou Gueule Tapée», nous a confié un des conseillers du fils aîné de Cheikh Béthio Thioune. Après cette rencontre du Point E, une autre réunion a été tenue avec tous les Jëwrin (responsables de dahira) des lycées et collèges du Sénégal. Histoire de les informer de la naissance prochaine de ce parti. Mieux, des tournées ont été effectuées notamment à Mbour, Dagana, Richard Toll…

Mais qu’est-ce qui peut bien motiver cette volonté de créer un parti dirigé par le fils de Cheikh Béthio Thioune ? Les réponses fournies par certains Thianta­counes traduisent une certaine amertume née de « l’ingratitude» du régime dont ils ont pourtant contribué à la réélection du candidat à la présidentielle de 2007. «Entre Abdoulaye Wade et nous, ce n’est plus le grand amour. Et nous pensons que ça suffit», confesse un proche de Saliou Gueulé Tapée. Notre interlocuteur va même plus loin. Puisqu’à la question de savoir si Cheikh Béthio a donné sa caution à tout cela, il répond : «Ce que je peux vous dire, c’est que Serigne Saliou ne fait rien sans en discuter avec son père.» Et de poursuivre : «Comme nous sommes peu satisfaits de ce qui se passe, nous avons décidé de faire face au régime.» Autant dire alors que «le parti des Thiantacounes » risque d’aller grossir les rangs de l’opposition. On annonce même que deux grosses pontes de l’opposition font la cour au fils de Cheikh Béthio Thioune. Toutefois, ils ne manquent pas d’observateurs pour penser qu’il ne s’agit là que d’une simple stratégie pour mettre la pression sur Abdoulaye Wade et son régime afin qu’ils renvoient enfin l’ascenseur à Cheikh Béthio et à ses talibés.

Et, comme pour montrer qu’ils ne badinent pas, les Thiantacounes avaient prévu une série d’activités à lancer juste après le Magal. Mais un retard dû au séjour en France de Serigne Saliou Gueule Tapée pour être au chevet de son père a perturbé l’agenda, qui devrait toutefois reprendre sa marche sous peu.