Tag Archive: photos pornographiques de filles de liberté 5



Nos sœurs sont-elles devenues folles ? Alors qu’on n’a pas encore fini de parler du scandale mettant en scène deux nymphes des Sicap Liberté, voilà que nos radars et antennes ont capté une affaire plus rocambolesque : une vidéo de « sabar porno » qui circule depuis la semaine dernière sur le net. Et dites-vous bien que le « film » est à la limite du scandale comme le démontrent ces quelques photos que nous avons prises pour vous mettre dans le tempo. La scène se déroule en plein jour et sans doute dans une maison camouflée par une bâche. Le public est composé de femmes, tous âges confondus, en plus des batteurs de tam-tam.

Sabar. “Du Leumbeul porno”: Des filles sénégalaises en exhibition…
Sabar. “Du Leumbeul porno”: Des filles sénégalaises en exhibition…

D’abord, c’est une femme d’âge mûr qui entre en scène pour se pencher, main sur le sol, les fesses en l’air avant que les batteurs ne crient : « d…bou nioul kouk ». Inutile de traduire ce que les batteurs de tam-tam ont vu… Mais la palme revient sans doute à une jeune femme habillée en vert. Cette dernière ne s’est pas gênée, alors pas du tout, pour se coucher sur le sol, fesses en l’air…Bref, pour tout simplement vous dire qu’à côté de cette vidéo, « goudi town » est un jeu de gamines.

lasquotidien.info


Estimant que les filles sur des photos obscènes étaient mineures au moment des faits, le Parquet a fait preuve de clémence envers elles. Maintenant qu’elles sont libres, leur voisinage s’interroge sur la dépravation des mœurs.

Elles sont libres, les filles qui avaient été interpellées pour avoir posé de façon obscène. Elles peuvent désormais vaquer tranquillement à leurs occupations même si par ailleurs, les regards inquisiteurs du voisinage les obligent à faire profil bas. H.D. et A.ND. ont bénéficié de la clémence du procureur de la République, arguant leur âge mineur au moment des faits, en 2OO8, mais, surtout de leur innocence qui les expose à une exploitation facile de la part des criminels internationaux. De tels arguments, s’ils n’ont pas reçu l’assentiment de certains Sénégalais, ont au moins soulagé les familles des filles incriminées. En effet, à la Sicap Liberté 5 A où les filles habitent, c’est un ouf de soulagement pour leurs familles. « C’est une décision qui a été bien accueillie, à vrai dire, le père de H.D ne mérite pas une telle humiliation si sa fille était arrêtée et mise en prison », déclare un voisin. Et un de nos interlocuteurs de renchérir : « la piété du père d’une des filles et l’estime qu’il bénéficie dans ce pays a été sans doute un élément déterminant pour que les filles ne soient pas inquiétées d’autant plus qu’au lendemain de la révélation des faits, il est allé dire à la Police qu’il va la tuer si jamais il la voie ».

Cependant, si la joie est visible chez certains voisins avec l’abandon des charges contre les filles, l’inquiétude et la résignation continuent d’habiter d’autres. « Ne pas poursuivre les filles qui se sont adonnées à une prostitution déguisée même si par ailleurs on refuse de le dire, prétextant leur âge mineur, c’est sans aucun doute permettre à d’autres de faire des choses pires », s’inquiète un de nos interlocuteurs. « Nous sommes dans une société où la dépravation des mœurs est à un niveau tel que les autorités étatiques doivent sévir et non se laisser entraîner dans des considérations sentimentales ou d’autres encore », appuie un autre. « L’absence de poursuites contre les mineures a de vieux jours devant nous », tonne quelqu’un. L’affaire révélée par le journal Walf Grand place a fait les choux gras de la presse sénégalaise à cause des photos indécentes des filles. Quand l’affaire a éclaté, le procureur de la République avait lâché les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) dans lesdits quartiers. Disparues dans un premier temps, les filles ont été cueillies finalement et libérées après leur audition.


Recherchées depuis l’éclatement de l’affaire dite scandale pornographique dans les Sicap Liberté, K.D et A.N ont été finalement retrouvées par les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic). C’est libres qu’elles sont reparties des locaux des enquêteurs. Mineures à l’époque des faits en 2008, elles sont, aux yeux de la loi, plus victimes que mises en cause. Et leur déposition a révélé l’existence d’une organisation criminelle exerçant dans la pornographie, et dont les cibles semblent être les proies faciles et inconscientes, c’est-à-dire les mineures. En cette qualité, le consentement ne s’applique pas à elles.

Pornographie-Affaire des filles nues sur Internet. La Dic entend puis relâche A.N et K.D: “On ne savait pas ce qu’on faisait” avouent les deux filles
Pornographie-Affaire des filles nues sur Internet. La Dic entend puis relâche A.N et K.D: “On ne savait pas ce qu’on faisait” avouent les deux filles

Non seulement ces deux mineures ont été « détournées », aux yeux de la loi, mais aussi les films de leurs ébats sexuels se sont retrouvés dans le net. Devant les enquêteurs, elles ont avoué qu’en tant que mineures, elles ne savaient pas ce qu’elles faisaient. Pour filmer leurs ébats, le Français leur avait proposé à chacune la modique somme de 10.000 F Cfa. Les dépositions des deux filles font ressortir qu’elles ont été piégées par une vraie organisation pornographique, qui ciblait surtout les proies faciles, c’est-à-dire les mineures. Le Procureur de la République, Ousmane Diagne, s’était autosaisi après les révélations de « Walf Grand Place ». Exécutant cette instruction du ministère public, la Dic avait effectué une descente chez les deux mises en cause, qui avaient disparu depuis l’éclatement de cette affaire.


Le Procureur de la République s’est autosaisi après l’affaire pornographique qui secoue les Sicap Liberté. C’est la Division des investigations criminelles (Dic), et non la brigade des mœurs comme on pourrait le croire, qui a été chargée de l’enquête. Depuis hier, les hommes du commissaire Idrissa Cissé ratissent large. Et pour ceux qui douteraient encore des révélations de nos confrères de Walf Grand Place, deux parmi les « actrices » ont été identifiées par les enquêteurs : A. N, présentée comme une prostituée et K.D, fille d’un notable de Liberté V.

SCANDALE PORNOGRAPHIQUE DANS LE NET : Le Procureur lâche la Dic dans les Sicap Liberté
SCANDALE PORNOGRAPHIQUE DANS LE NET : Le Procureur lâche la Dic dans les Sicap Liberté

Depuis hier, les hommes du commissaire Idrissa Cissé de la Dic ont investi le populeux quartier des Sicap. Le Procureur de la République, Ousmane Diagne, s’est autosaisi après l’affaire de mœurs révélée par « Walf Grand Place » et relative à plusieurs photos pornographiques de filles habitant les Sicap, qui circulent dans le net depuis plusieurs jours. Des sources très sûres renseignent que la Dic a déjà effectué une descente chez une des mises en cause qui a disparu de son domicile depuis que l’affaire a été rendue publique. N’empêche, les recherches se poursuivent, d’autant que les limiers n’ont pas eu du mal à identifier les mises en cause. Particulièrement, deux filles des Sicap qui se distinguent dans les photos. Il s’agit de A.N, une prostituée habitant Liberté V et K.D, dont le père dirige un « dahira » très réputé.
Les photos par lesquelles le scandale est arrivé, bien visibles dans le site, ont été regroupées en quatre galeries d’images : real african slave, sene anal slave (Ndlr : Sene comme Sénégal), African analstud et African slave. Soit quatre « épisodes » de porno hard dont le maître d’œuvre est un Français d’origine qui a signé son forfait courant 2008. Cette affaire n’est pas sans rappeler celle de H. Ce Français avait photographié une soixantaine de Sénégalaises dans des postures pornographiques, avant que les photos ne se retrouvent dans la rue. À l’époque, le ministère public avait mis la Dic sur le coup, mais le principal mis en cause était déjà hors du territoire national.

Cheikh Mbacké GUISSE l’asquotidien

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  306 followers

%d bloggers like this: