Tag Archive: vidéo porno sénégal



Après quelques semaines d’enquête, la brigade des mœurs de la Sûreté urbaine de Dakar a déféré lundi au parquet les 5 présumés « posteurs » de la vidéo des « lesbiennes de Grand Yoff » sur le net. Et, suite à un retour de parquet, ils ont été placés sous mandat de dépôt. Quelque jours après l’éclatement de cette affaire, qui a fait le bonheur des mâles en panne de sensations fortes postés sur les autoroutes du web, la brigade des mœurs de la Sûreté urbaine de Dakar, qui avait déclenché une enquête pour retrouver ces actrices afin de remonter à celui qui avait balancé la vidéo sur le net, a réussi à mettre la main sur cinq (5) jeunes hommes. Pape Aly Seck, Mamadou Fofana, Zakaria Ndoye, Oumar Kane et Bassirou auraient violé le serment d’Anna et Cie en postant leur vidéo sur la toile. Une vidéo où l’on voit de pauvres jeunes filles, toutes nues qui, dans l’intimité d’une chambre, sous des éclats de rires, s’adonner à des jeux sexuels de lesbiennes, en se caressant les parties intimes. Entre insultes et salacités, les donzelles se sont vues placées sur le banc des accusés de la toile. Et jugées comme des dépravées sexuelles. Hier, après le bouclage de l’enquête par la brigade des mœurs, les cinq (5) jeunes suspects ont été placés sous mandat de dépôt. Déférés depuis lundi, ils ont subi un retour de parquet et ce n’est qu’hier, mardi, qu’ils ont fait face au maîtredes poursuites. Poursuivis pour attentat à la pudeur, ils ont tous été envoyés à la Maison d’Arrêt de Correction de Rebeuss. Passant leur première nuit en prison, ils feront face,dès jeudi, au juge du tribunal des flagrant délits de Dakar, renseignent nos confrères de L’Observateur.

Seneweb.com


L’affaire a enflammé le Net. « Sabar Bou Graw », une séance de danse obscène organisée par des jeunes filles d’un quartier de Dakar, commence à révéler ses secrets. Une des danseuses nous a appelés, pleurant pratiquement au téléphone. Agée de 26 ans aujourd’hui et mère d’un garçon de neuf mois, elle se sent victime.

Affaire « Sabar bou graw ». Une des danseuses se confie : « Mon cas  est critique, je suis une victime, mon mariage a volé en éclats »

« Bonjour. Je m’appelle C.D.N. je vous appelle à propos de la vidéo du sabar. Je suis la fille qui était habillée en … Les faits ont eu lieu en 2004. J’avais 20 ans à l’époque et j’étais célibataire. C’est une copine qui m’avait proposé de l’accompagner à l’anniversaire d’une de ses amies, à Yoff. Comme je ne connaissais personne là bas, je n’avais vraiment pas envie d’y aller, mais bon…
Arrivées sur les lieux, nous découvrîmes qu’il y avait un « sabar ». Je dis que je n’allais pas danser parce que je ne connaissais personne dans l’assistance hormis ma copine que j’accompagnais. A un moment donné, une fille se leva et me dit : « Tout le monde danse sauf toi, en plus tu as de grosses fesses. » Je refusai. Elle insista et insista, encore et encore. Je peux dire qu’elle m’avait forcée à danser. Mais quand elle avait voulu tirer mon pagne, j’avais refusé.
« … En plus c’était une affaire de filles pour déconner. »
Je ne comprends pas pourquoi ils diffusent ce film sur le Net, six ans après. En plus c’était pour déconner entre filles. Je suis dégoutée. J’en veux à M… C’est elle qui avait organisé ce sabar et l’avait fait filmer. Je l’ai appelée au téléphone, elle m’a dit c’est le cameraman qui a vendu le film. J’ai voulu porter plainte. On m’a déconseillé de le faire, de peur d’amplifier l’affaire, avec la presse qui s’en saisit et tout. Voilà pourquoi je n’ai pas porté plainte. »
Le film était en vente en Italie sous forme de vidéos Cd et Vcd, avant d’être diffusé sur le Net. En allant à cet anniversaire, la jeune C.D.N. ne se doutait pas que sa danse de célibataire sous l’œil d’une caméra allait, six années plus tard, s’inviter dans sa vie conjugale. « L’affaire est grave, se lamente-t-elle. Mon cas est critique. Aujourd’hui, mon mari m’a dit de quitter le foyer. Notre couple a volé en éclats. Il m’a traitée de tous les noms d’oiseaux. Il a même dit que je suis une p… Pourtant, je ne l’ai jamais trompé. Il ne veut rien comprendre. Il est touché dans son amour propre parce qu’il est Mbacké -Mbacké, marabout et petit fils de tel marabout. Alors, me voici seule avec mon bébé de neuf mois. »
(Pendant l’entretien, nous entendions le nourrisson vagir.)
« Un malheur ne vient jamais seul, s’attriste-t-elle. Dès que ma mère a eu vent de l’affaire (le film), sa santé a été secouée. Elle est actuellement au service d’urgence de l’hôpital Fann de Dakar.
Je suis chez ma cousine qui n’est pas encore au courant. Mais je suis sûre que si son mari l’apprend, elle me mettra à la porte… L’internet, c’est grave et ça a beaucoup d’ampleur au Sénégal. »
PS : Au cours de cet entretien C.D.N. nous a fait savoir qu’elle n’a pas regardé la vidéo parce qu’elle n’en a pas le courage. Ce sont des amies qui lui ont rappelé comment elle était habillée ce jour-là.
Anta Sy et Khady Jeanne Seck.
Source: xalimasn.com
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 412 autres abonnés

%d bloggers like this: