Tag Archive: Vidéo SABAR PORNO MADE IN SENEGAL



L’affaire a enflammé le Net. « Sabar Bou Graw », une séance de danse obscène organisée par des jeunes filles d’un quartier de Dakar, commence à révéler ses secrets. Une des danseuses nous a appelés, pleurant pratiquement au téléphone. Agée de 26 ans aujourd’hui et mère d’un garçon de neuf mois, elle se sent victime.

Affaire « Sabar bou graw ». Une des danseuses se confie : « Mon cas  est critique, je suis une victime, mon mariage a volé en éclats »

« Bonjour. Je m’appelle C.D.N. je vous appelle à propos de la vidéo du sabar. Je suis la fille qui était habillée en … Les faits ont eu lieu en 2004. J’avais 20 ans à l’époque et j’étais célibataire. C’est une copine qui m’avait proposé de l’accompagner à l’anniversaire d’une de ses amies, à Yoff. Comme je ne connaissais personne là bas, je n’avais vraiment pas envie d’y aller, mais bon…
Arrivées sur les lieux, nous découvrîmes qu’il y avait un « sabar ». Je dis que je n’allais pas danser parce que je ne connaissais personne dans l’assistance hormis ma copine que j’accompagnais. A un moment donné, une fille se leva et me dit : « Tout le monde danse sauf toi, en plus tu as de grosses fesses. » Je refusai. Elle insista et insista, encore et encore. Je peux dire qu’elle m’avait forcée à danser. Mais quand elle avait voulu tirer mon pagne, j’avais refusé.
« … En plus c’était une affaire de filles pour déconner. »
Je ne comprends pas pourquoi ils diffusent ce film sur le Net, six ans après. En plus c’était pour déconner entre filles. Je suis dégoutée. J’en veux à M… C’est elle qui avait organisé ce sabar et l’avait fait filmer. Je l’ai appelée au téléphone, elle m’a dit c’est le cameraman qui a vendu le film. J’ai voulu porter plainte. On m’a déconseillé de le faire, de peur d’amplifier l’affaire, avec la presse qui s’en saisit et tout. Voilà pourquoi je n’ai pas porté plainte. »
Le film était en vente en Italie sous forme de vidéos Cd et Vcd, avant d’être diffusé sur le Net. En allant à cet anniversaire, la jeune C.D.N. ne se doutait pas que sa danse de célibataire sous l’œil d’une caméra allait, six années plus tard, s’inviter dans sa vie conjugale. « L’affaire est grave, se lamente-t-elle. Mon cas est critique. Aujourd’hui, mon mari m’a dit de quitter le foyer. Notre couple a volé en éclats. Il m’a traitée de tous les noms d’oiseaux. Il a même dit que je suis une p… Pourtant, je ne l’ai jamais trompé. Il ne veut rien comprendre. Il est touché dans son amour propre parce qu’il est Mbacké -Mbacké, marabout et petit fils de tel marabout. Alors, me voici seule avec mon bébé de neuf mois. »
(Pendant l’entretien, nous entendions le nourrisson vagir.)
« Un malheur ne vient jamais seul, s’attriste-t-elle. Dès que ma mère a eu vent de l’affaire (le film), sa santé a été secouée. Elle est actuellement au service d’urgence de l’hôpital Fann de Dakar.
Je suis chez ma cousine qui n’est pas encore au courant. Mais je suis sûre que si son mari l’apprend, elle me mettra à la porte… L’internet, c’est grave et ça a beaucoup d’ampleur au Sénégal. »
PS : Au cours de cet entretien C.D.N. nous a fait savoir qu’elle n’a pas regardé la vidéo parce qu’elle n’en a pas le courage. Ce sont des amies qui lui ont rappelé comment elle était habillée ce jour-là.
Anta Sy et Khady Jeanne Seck.
Source: xalimasn.com

http://www.afrik.com/local/cache-vignettes/L150xH116/arton8129-fab64.jpg

La danse du « Sabar » sénégalais fait bien partie de notre

Infos : Depuis la publication de cet article, la polémique est née sur le  Web sénégalais. Vous êtes d’accord, vous n’êtes pas d’accord avec l’article, quelles sont les fonctions du Sabar? Vous pouvez commenter en bas, après la vidéo objet du scandale. SVP pas d’insultes.

culture et a toujours rempli des fonctions sociales très précises dans notre société. Sans être exhaustif, on peut citer quelques fonctions qui sont reconnues à travers les manifestations de « Sabar » :
– Cette danse  effectuée  dans différentes circonstances (« le taneber » et « le Sabar Takoussan » peu importe) , a toujours été utilisée comme un moyen de communication très efficace. La raison en est que, le « Sabar » se fait avec un matériel musical très ancien dénommé le « tam tam » (percussion faite de peau de chèvre ou d’agneau en général).

Du point de vue des spécialistes, le « tam tam » est incontestablement l’une des premières formes de télécommunications à l’époque où n’existaient ni téléphone, ni faxe, ni télégraphe et même ni le courrier postal. Les « tam tam » ont toujours servi à communiquer des informations précises selon la nature des évènements. Ainsi ils pouvaient alerter contre l’invasion des empires par l’ennemi ou simplement informer sur la visite officielle d’un dignitaire ( Roi, prince …..)
– Cette fonction de communication, historique, n’a jamais disparu et a été modernisée à des usages plus complexes. Les « taneber » (« Sabar » nocturnes) et les simples « Sabar Takoussan », quand ces évènements sont encore organisés normalement et sans dérive, sont toujours une occasion pour vendre une idée, un produit ou même faire de la politique. En quelque sorte on reste dans le registre de l’information et ou du marketing.

- L’autre fonction très spéciale et excitante du « Sabar », c’est aussi qu’il a le don d’effervescence en matière de sexualité. Oui le « Sabar », en tant que outil de communication, permet aussi aux femmes de vendre leur personnalité devant un public composé d’hommes et de femmes. Le « Sabar » a toujours été une forme d’intégration sociale et une femme qui ne savait pas danser le « Sabar » était considérée comme une ringarde, lui disait on « Yaw sèr nga rek », en langue Wolof.
– La magie du « Sabar », est que certaines femmes biens danseuses et aux formes généreuses, étaient vite repérées par les hommes en recherche d’une compagne.
– Les  danses de « Sabar » que faisaient nos ancêtres ne sont jamais éloignées de ces fonctions y compris la fonction sexuelle. Cependant, Voila la modernité transforme les choses, parfois positivement ou négativement. Dans les temps de nos ancêtres, les danseuses étaient habillées normalement. On raconta que nos grands-mamans portaient jusqu’à 07 pagnes (en wolof « SEUROU DUNK »). Ces pagnes étaient loin d’être légers et transparents mais bien lourds et bien tissés par des artisans doués. Dans ces « sabar » antiques, nos grands-mamans pouvaient s’adonner à des sortes de concours du meilleur pagne, en relevant délicatement pagne par pagne sauf le dernier.
De nos jours, les « sabar » frisent le porno à la sénégalaise. De nombreux « sabar » se tiennent dans des boites privées où des politiciens, et des personnalités riches ont le droit d’être servis généreusement à une démonstration de la chatte la mieux rasée ou celle qui aura le meilleur « thiouraye Gongo».
Pire ces « sabar » privés sont devenus un vrai Business puisque les vidéos qui en découlent sont compilées et vendues dans un réseau compris par des gens riches et aussi surtout à l’étranger par le biais de la Diaspora.
Les vidéos ne manquent sur Youtube et d’ailleurs nous vous proposons de diffuser à la fin de cet article une vidéo scandaleuse de « SABAR PORNO KAY KODAL ». Comprenez bien « sabar pour venir bien bander ».

Vigilance : le problème est que l’argent qui est en jeu pour ce nouveau marché du « PORNO LITE MADE IN SENEGAL », peut malheureusement tuer l’esprit du SABAR qu’il faut encore protéger. A l’image du Doyen Doudou Ndiaye Rose et aussi celle des autres artistes  talentueux du Sabar, il est temps de dire non à la déperdition d’une culture qui est la notre.
Source: SENETOILE NEWS
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 414 autres abonnés

%d bloggers like this: