Le journaliste et opposant tunisien Zouhair Maklouf, condamné à quatre mois de prison ferme, a été libéré vendredi avant le terme de sa peine. "On ne sait pas sur quelle base les autorités tunisiennes ont pris cette décision surprise… mais c’est une très bonne nouvelle", s’est réjoui son avocat, Nejib Chebbi.
Zouhair Makhlouf avait été condamné début décembre à trois mois de prison pour avoir réalisé un reportage sur l’état de l’environnement dans une zone industrielle à Nabeul (Nord-Est). La Cour d’appel de Tunis a prolongé mercredi la peine à quatre mois de prison ferme pour "infraction au code des télécommunications".

Zouhair Makhlou est journaliste à El-Mawkif, hebdomadaire du Parti démocratique progressiste et au site international d’information en ligne Essabil On Line, basé en Allemagne. Membre fondateur d’une association non autorisée de défense des droits de l’homme (Liberté et Equité), il a été incarcéré le 19 octobre, peu avant les élections présidentielle et législatives en Tunisie.

M.Makhlouf est le deuxième journaliste a être emprisonné, après Toufik Ben Brick condamné à six mois de réclusion pour avoir "agressé" une femme sur la voie publique. Critique virulent du régime tunisien, ce dernier se dit victime d’un "procès politique" pour le punir en raison de ses écrits.

Source: Le Monde

About these ads