Gardien du temple des pratiques mystiques de la collectivité léboue de Ouakam, Mbaye Guéye Dieng, le Saltigué attitré du Jaraaf El Hadji Seybatou Guèye, a piqué une colère noire en apprenant les sacrifices organisés au pied du Monument de la renaissance, jeudi matin. Revenant ici sur les «erreurs» commises par ceux qui les ont commandités et les dangers qui guettent Ouakam, le chef coutumier prévient les autorités en déclarant que «ceux qui ont fait les sacrifices se sont trompés de génie et le pire est à craindre».

MBAYE GUÉYE DIENG, SALTIGUÉ DÉPOSITAIRE DES « TUUR » DES LÉBOUS DE  OUAKAM : Ceux qui ont fait les sacrifices se sont trompés de génie et le  pire est à craindre»

Pourquoi dites-vous que ceux qui ont fait les sacrifices ont transgressé les règles coutumières ?

Je le dis et je le répète. Personne n’ose lever la main et réclamer le titre de Saltigué que je porte aujourd’hui dans Ouakam. Et les autorités ont été arnaquées et elles nagent dans l’erreur. Comment une personne qui est exclue du temple où est gardé l’arsenal mystique de Ouakam, où elle n’ose même pas mettre les pieds, peut-elle prétendre diriger une séance de sacrifice ici ? Aussi bien les hommes que les femmes qui étaient à cette cérémonie sont tous dans le collimateur des véritables génies de Ouakam sur lesquels ils se sont trompés.

Un bœuf blanc et une chèvre rouge ont été égorgés au pied du monument, peut-on s’attendre à la fin des accidents aux Mamelles et une paix durable ?

Non ! Parce que ceux qui ont fait les sacrifices se sont trompés de génie. Je peux même vous prévenir ici que le pire est à craindre. C’est une erreur très grave.

Comment est-ce possible ?

Ils ont fait des sacrifices pour calmer le génie dénommé Mbagne Thiow, gérant d’une petite portion des terres situées sur les Niayes de Quakam et qui n’est que le petit-fils du véritable génie, maître de Ouakam. Le véritable génie de Ouakam, c’est le grand-père de Mbagne Thiow. Il s’appelle Youdour Guèye Yaata et sort très rarement. Et le sang qui a été versé au pied des Mamelles pour son petit-fils est comme une provocation qui se payera cash si l’on n’y prend garde.

Et qu’est-ce qui est à craindre avec ce que vous appelez une erreur grave ?

Je suis tenu par le secret des esprits. Je ne peux pas tout dire, mais, sachez que je prie Dieu pour qu’il protège ceux qui ont osé égorger bêtes dans le village pour un génie autre Youdour Guèye Yaata. Mais, à commencer les organisateurs de ces sacrifices dangereux, de grandes menaces de représailles extrêmement destructrices planent sur leur tête. Ce qui me fait peur le plus maintenant, c’est Ouakam et sa population, qui ne sont pas concernés par ces pratiques non maîtrisées et qui risquent malheureusement d’en faire les frais.

Peut-on craindre que ces représailles que vous redoutez tombent le jour de l’inauguration du monument ?

Je ne peux pas le dire, mais je sais que c’est un sacrilège que d’entrer dans une maison pour combler le plus jeune et ignorer royalement ces parents. Je sais aussi qu’il urge d’agir et de se racheter

par A. A. SECK
Source Le Populaire

About these ads