Un italien, appelons le Vincente, avait un amour immodéré pour le Sénégal notamment pour la station balnéaire du Cap-Skiring qui se trouve dans le sud du pays. Amour gratuit ou intéressé ? Cheikh gérant d’hôtel nous aide à y voir clair en nous narrant l’histoire.

[DOSSIER] DAKAR, A L’HEURE DE LA PORNOGRAPHIE - Cheikh, gérant  d’hôtel : « Vincente filmait ses visites à leur insu »

« Vincente était un Occidental, âgé de 45 ans, belle allure, il était originaire de Venise. Il foulait le sol sénégalais chaque trois mois. Quand il venait à l’hôtel, il s’arrangeait toujours pour avoir de la chambre du deuxième étage au fond. Les va et vient deviennent incessants. De la journée, il avait en moyenne trois visites étalées comme suit : le matin, l’après-midi et le soir. Il arrivait même que ses invitées restent dormir. Tout le monde l’avait remarqué, mais on se disait juste que c’était un dragueur. Lui-même aimait dire qu’il adorait les femmes sénégalaises car elles ont du répondant et dégageaient quelque chose d’inexplicable » allez savoir quoi… Et Cheikh de continuer « Vincente changeait de filles comme de chaussettes. Une même fille ne venait jamais deux fois.

A chaque fois, ce sont de nouvelles têtes, et de jolies filles s’il vous plait ». Un tel défilé ne paraissait –il pas suspect ? Pourquoi ne pas penser à un réseau de prostitution ? Encore Cheikh « cela ne nous a jamais effleuré l’idée. Toute l’équipe de l’hôtel s’était réunie pour statuer sur son cas. La résolution était de lui signifier son comportement et d’amoindrir ses visites car on n’était pas un hôtel de passe. On ne pouvait pas le chasser comme malpropre puisqu’il était un fidèle client. Il avait pris la mesure avec philosophie sans trop faire de boucan, mais il a continué à recevoir de plus belle ». « C’est après son entêtement, dit Cheikh, que l’on a pris des mesures draconiennes et il se susurrait que Vincente était un réalisateur de film pornographique en Italie. Puisque je ne pouvais entrer dans sa chambre pour fouiller ses affaires, j’ai envoyé les femmes de ménage pour qu’elles l’espionnent. C’est interdit mais il fallait le faire pour en avoir le cœur net ». Et qu’ont-elles découvert ? « Rien. Il avait pris la peine de tout sécuriser » en homme averti, c’est ce qu’on appelle prendre les devants jusqu’à ce que… « Une mini caméra soit trouvée en haut derrière le rideau. Elle était bien placée de sorte qu’elle faisait face au lit. C’est un groom qui avait découvert le pot aux roses » et après « j’ai averti la gendarmerie. Elle m’a conseillé de jouer le jeu pour le mettre prendre la main dans le sac ». « Vincente a mordu à l’hameçon. Comme à son habitude, il était accompagné d’une nymphe sans se douter de rien. Les gendarmes étaient déjà en place pour attendre le moment propice pour l’alpaguer. 30 minutes après, ils fracassèrent la porte. Ils les ont trouvé nus comme deux vers et la caméra en train de tourner. Peu de temps après, ils ont débranché la caméra tout en leur laissant le soin de se rhabiller ». « Tel est pris qui croyait prendre », pourrait s’intituler le film. « Commence alors le visionnage de la bande dans la salle de conférence. Le spectacle était honteux, sur la cassette on voyait ni plus ni moins que des ébats sexuels qu’il a eu à faire avec les filles à leur insu. Mais on ne voyait jamais son visage sur la cassette. Il s’arrangeait pour être toujours de dos mais en revanche ceux des filles apparaissaient clairement. Il y allait avec des positions purement pornographiques et inimaginables et les filles naïves qu’elles sont le suivaient à la lettre. La fille avec qui il était au moment de l’arrestation a été relatée parce qu’elle était prise dans le piège de Vincente.

Quant à ce dernier, après moult dénégations, il a fini par avouer que ce n’était pas la première fois qu’il s’adonnait à cette pratique et que son métier est producteur de films pornographiques » et acteurs devrons-nous y ajouter. « Les gendarmes l’ont mis en prison en attendant son jugement non sans confisquer ses cassettes. Le verdict est tombé un an après. Deux ans de prison ferme plus 5 000 000 de francs Cfa et une interdiction de séjour au Sénégal a été sa punition ».

Par Rokhaya Nar Diop

About these ads