Offense au chef de l’Etat : Ce que risquent Me Amadou Sall et Cie


Le président de la République, Macky Sall, a tapé sur la table. Plus question de laisser les gens s’attaquer au chef de l’Etat. En clair, toute personne qui se permettra d’offenser le président de la République, répondra de ses actes. C’est ainsi que le Procureur de la République devra s’autosaisir à chaque fois qu’il constatera des dérives verbales visant le locataire du palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor. Et les peines encourues par les contrevenants sont ferme. La loi n° 77-87 du 10 août 1977 reprise par l’article 254 du Code pénal sénégalais dispose en effet que «l’offense au Président de la République commis par l’un des moyens de diffusion publique (la radiodiffusion, la télévision, le cinéma, la presse, l’affichage, l’exposition, la distribution d’écrits ou d’images de toutes natures, les discours, chants, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, et généralement tout procédé technique destiné à atteindre le public) est punie d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de 100.000 à 1.500.000 francs ou de l’une de ces deux peines seulement». Si le président a fait cette sortie, c’est sûrement après les déclarations de Me El Hadji Amadou Sall, ancien ministre de la Justice, lors de la dernière audition de Karim Wade à la Section de recherche de la gendarmerie. Il disait que si Macky Sall veut tuer Karim ou le manger, il n’a qu’à le faire. Des propos qui auraient fait très mal au chef de l’Etat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s