Drame à Thiaroye : Une femme égorge son mari qui l’accuse de l’avoir cocufié


Nous sommes à l’hôpital de Thiaroye. Mouhamadou Guèye, âgé de 44 ans, est alité ce lundi 11 février à 06 heures du matin au service de réanimation. Son état est jugé critique. Les médecins tentent de le sauver, mais cela semble difficile. Il n’est ni diabétique ni cardiaque…, mais victime d’une tentative de meurtre.

 

Midi sonne. Les médecins sont à son chevet. Ils font leur possible pour qu’il reste en vie. Mais en vain. Ils n’y arrivent pas, puisque quelques minutes plus tard Mouhamadou rend l’âme. Son corps est évacué à la morgue en attendant l’autopsie du légiste.

 

5 jours plus tôt, c’est-à-dire le mercredi 6 courant, dans la nuit, le téléphone de la salle de trafic des Sapeurs pompiers avait sonné. A l’autre bout du fil, la voix d’une femme, qui semblait plongée dans une hystérie confie avoir tué son mari. Les questions du préposé, chargé de la salle de trafic du camp des Sapeurs pompiers pleuvent ainsi que les réponses de l’appelante. Le préposé apprend que la femme parle depuis chez elle au quartier Diacksao. Le pompier note l’adresse et alerte ses supérieurs. Rapidement, les éléments des pompiers et de la brigade criminelle se dépêchent sur le domicile indiqué. Ils y rentrent et se retrouvent devant une jeune femme assise sur un divan. Bien sûr, elle attendait leur arrivée.

 

Sur le lit, son époux égorgé, gisait dans une mare de sang. Mais il est encore en vie. Une ambulance arrive. Mouhamadou est évacué vers les Urgences de l’hôpital de Thiaroye.

 

Au commissariat, la femme de Mouhamadou, âgée de 38 ans, est en garde à vue. Elle est soumise aux interrogatoires. Pourquoi a-t-elle commis son crime ? Elle était enceinte quand son mari, Mouhamadou a été arrêté pour un crime crapuleux.

 

Alors qu’il purgeait une peine d’emprisonnement de cinq ans au camp pénal, elle a accouché d’un bébé. Depuis la prison, les mauvaises langues lui ont appris qu’elle le trompait pendant qu’il était en détention. Relaxé et revenu à la maison familiale, Mouhamadou la violentait régulièrement tout en la traitant de prostituée qui l’avait plusieurs fois trompé. Il a même nié être le père de cet enfant, « conçu quand il était en prison ». L’épouse a tenté de le convaincre qu’elle ne l’a jamais trompé. Mais c’est peine perdue.

 

Enfin, elle ne le supportait plus et a décidé de se venger. La nuit du 11 février dernier, Mouhamadou était plongé dans un profond sommeil. Tout d’un coup, sa femme a saisi un couteau de gros calibre et a commencé à l’égorger… Elle a tout avoué avant d’être traduite, mardi dernier, devant le parquet.

 

Ferloo.com 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s