Situation politique : les services de renseignements décèlent 10 « bombes à retardement »

le

Les services de renseignements auraient décelé 10 situations complexes auxquelles le Président Macky Sall devrait trouver solution pour ne pas vivre des lendemains difficiles après la marche du Parti démocratique sénégalais (PDS), mardi dernier, indique le quotidien L’Observateur.

Après la marche du PDS qui a réuni quelques 3 000 personnes mardi, la police sénégalaise aurait informé le gouvernement des risques qui planent sur le pays. Informé, le Président Macky Sall gagnerait à écouter le dispositif de renseignement du ministère de l’Intérieur logé à la Direction de la surveillance du territoire (DST).

« Plus que ses proches ou tout autre système reposant sur le principe des faucons, c’est la police et les services de renseignement qui demeurent ses yeux et ses oreilles. Macky Sall a l’avantage d’avoir une police républicaine qui a toujours servi son pays », a confirmé à ASI24 un ancien agent des services secrets.

L’Observateur indique en tout cas « 10 bombes à retardement » détectées par la police. Parmi celles-ci le « réveil de l’opposition » que certains barons pourront rejoindre parce que s’appropriant ou partageant l’analyse faite par Idrissa Seck sur la situation du pays.

Le quotidien évoque aussi la « guerre de positionnement ». Macky Sall gagnerait à stabiliser la coalition Bennoo Bokk Yaakar qui l’a porté au pouvoir dit encore le journal de la Médina.

Selon les policiers, des mécontentements sont notés dans cette coalition, surtout du côté des jeunes, qui estiment que leurs « aînés ne sont là que pour gérer leur préretraite politique ». L’alternance générationnelle est prônée au sein des formations politiques. Certains jeunes loups qui se sentent laissés sur la route pourraient rejoindre Idrissa Seck.

Sur le plan social, la « reprise des délestages » de l’électricité, la « hantise des inondations », la « cherté de la vie », les « pénuries répétées de gaz »,« l’emploi des jeunes », « l’instabilité à l’université » exacerbée par l’annonce de l’augmentation des frais d’inscription, sont les principaux points pouvant chauffer le champ social et entraîner des réactions aux conséquences regrettables.

Sur le plan politique, les services secrets évoquent les « réformes institutionnelles » qui tardent à se matérialiser dont la diminution effective du mandat du président Sall, s’ajoute la « communication bancale du gouvernement » qui « ne donne pas l’impression d’un gouvernement organisé, capable de prendre en charge les préoccupations des populations », rapporte L’Observateur.

Le Parti démocratique sénégalais dont certains responsables sont crédités de fortunes colossales pourrait cristalliser autour de lui les jeunes sans emplois, les étudiants, les syndicats, consommateurs, etc.

Dans le fonds, on comprend une telle démarche de la police sénégalaise, qui républicaine et soucieuse du maintien de l’ordre et de la stabilité du pays s’accorde un « écart » par le canal du rapporteur social (le journal) pour « toucher » un président de la République et par ailleurs son ancien patron. En parlant à L’Observateur, elle anticipe sur des questions majeures de la sécurité nationale qu’elle est la seule, avec les autres instances requises, à devoir apprécier, analyser avant de recommander les décisions adéquates.

En tout état de cause, elle ne peut-être flouée. L’exemple le plus achevé est celui du récent attentat de Boston. Les services de renseignement avaient sonné l’alerte sur les deux suspects d’origine tchétchène, le FBI n’avait pas « percuté ».

Dans les faits, un service de renseignements est une organisation gouvernementale, qui rassemble des informations (renseignements) pour le motif de la sécurité nationale. Elle procède par différents moyens. Cela va de l’interception des communications, espionnage, évaluation d’informations publiques (ROSO), à la surveillance des individus…, comme l’indique Wikipedia.

Les services de renseignements fournissent au gouvernement : des analyses sur des sujets de sécurité nationale ; des alertes sur des crises imminentes ; des éclaircissements sur les intentions et actions d’ennemis potentiels ou réels ; des renseignements sur les plans de défense et les opérations militaires ennemis ; des moyens de protection des secrets de l’État, contre des services étrangers ; des actions secrètes pour influencer des événements extérieurs en faveur de l’intérêt de la Nation.

Les services de renseignements sont également impliqués dans des activités de sécurité, telles que le contre-espionnage ou l’anti-terrorisme.

NB/ASI24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s