Tag Archive: Gamou de Tivaouane



 

 

 

 

 

 

Le Mouloud, Gamou en wolof, célébration de la naissance du Prophète Mohamed (SAW) constitue pour toute la communauté islamique, un moment unique. Célébré chaque année , le Gamou rappelle le souvenir d’une naissance qui a marqué une nouvelle ère d’espérance pour l’humanité toute entière.De sa venue au monde, qui a eu lieu en 571 à la Mecque à son rappel à Dieu, survenu en 632 à Medine, le Prophète Mohamed a toute sa vie durant mené une lutte sans merci pour l’affirmation de la dignité humaine qui a été longtemps bafoué. C’est ainsi qu’il livra d’épiques batailles dont les plus mémorables furent, entre autres, celles de Oukhout et de Badr. En butte à l’hostilité des siens, les Khouraichs , le Prophète Mouhamed (SAW) quitta la Mecque en 622 pour aller se réfugier à Médine : C’est l’hégire. Des lors , il put compter sur le soutien indéfectible de quatre hommes dont la grandeur d’âme , le désintéressement , l’abnégation et surtout la loyauté n’ont d’égal que leur foi en Dieu et leur attachement au fils de Abdalah et de Aminata. Ainsi surnommait- t-on le Sceau des Prophètes. Il ont noms Ababacar , Omar , Ousmane et Alioune. Rassembleur hors pair pacifique dans l’âme et fin stratège, le Prophète Mohamed (SAW) a su mener une croisade contre le règne de l’obscurantisme et le primat de la force sur le droit. Messager lumineux de Dieu, il se fixa pour objectif sublime, et c’est Lamartine qui nous l’apprend, de « saper les superstitions interposés entre le créateur et la créature, de rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, de restaurer l’idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de Dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie » Ainsi, avec une poignée d’hommes, dans un coin du désert de l’Arabie, démunis mais armés de foi, il a su hisser le message universel sur les cimes. Un résultat spectaculaire à plus d’un filtre que d’aucuns n’ont pas hésité, à juste raison d’ailleurs, de qualifier de « foudroyant succès sans commune mesure avec les maigres moyens dont disposait Seyyidouna Mouhamed (SAW) » .C’est pour célébrer cet homme exceptionnel et multidimensionnel que la Umma Islamique à la suite de Mouhsir Abou Zaïr, Roi de Harbal , pays situé à la frontière entre l’Iran et l’Irak se fait le devoir de célébrer le Maouloud Al Nabi qui marque le jour de sa naissance. S’étant approprié ce « Bida Hassana » Innovation positive, des érudits comme El Hadj Malick SY, Baye Niasse, etc. entreprirent de donner à cet événement toute sa solennité pour rendre gloire à Dieu, l’implorer et guetter son pardon. Quoi de plus naturel pour célébrer un être d’exception dont Lamartine disait qu’il est « philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes rationnels d’un culte sans image, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel.

source: Asfiyahi.Org

 


Serigne Abdoul Aziz Sy propose l’institution d’une charte nationale

Le Sénégal a le mérite de posséder des hommes religieux qui interviennent quand la politique est en panne.
C’est dans ce cadre que le Gamou de Tivaouane, qui a accueilli un monde fou, hier, a été une occasion pour le khalife général des Tidianes de lancer un appel à l’unité entre confréries, entre politiciens pour mieux vivre en paix au Sénégal comme l’ont fait leurs prédécesseurs. Car "l’unité est la source de la paix".
Pour ce faire, Serigne Abdoul Aziz Sy qui parlait au nom de Serigne Mansour Sy, a proposé l’institution d’une charte nationale à tous les niveaux de la vie du pays. Parce que "sans l’unité, tous les secteurs d’activités sont paralysés" a dit le guide religieux.

Il a même demandé l’organisation d’un congrès pour voter ladite charte. Il estime qu’il "est temps de s’unir pour que les personnes malintentionnées soient réduites à néant".
Comme à son habitude, le khalife général des Tidianes s’est fait l’avocat des couches les plus faibles de la société. Ainsi, d’un ton ferme, il a condamné tous les marabouts qui vivent sur le dos de leurs disciples.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Bécaye Diop, qui conduisait la délégation présidentielle a demandé au khalife général des prières ferventes pour la paix au Sénégal notamment pour le sud qui connaît actuellement un regain de tension.


Un des chefs religieux les plus instruits du Sénégal,Homme de Dieu d’un verbe facile, Serigne Mansour Sy Borom Daaraji est très connu de par sa science mystique et son humour. Il est un grand éducateur et un grand agriculteur. C’est une référence dans la lignée de Seydi Hadji Malick Sy

Entretien réalisé par Serigne Alioune Sall Safiétou Sy

Interview exclusive du khalif general des tidianes Elhadji Mouhamadou Mansour Sy Borom Daara – yi
Né le 26 Muharram 1344/H ( 15 AOUT 1925 ), Serigne Mansour Sy est le deuxième fils de Seydi Aboubacar Sy après Serigne Moustapha Sy Djamil . Sa mère est Sokhna Aïssatou Seck qu’on appelle communément Sokhna Astou Seck, issue de la grande famille léboue du Cap-Vert, fille de Mame Demba Seck dont les descendants sont entre Rufisque, Bargny et Mbao . Serigne Mansour Sy a eu un frère utérin du nom d’Alioune Sy rappelé à Dieu à bas âge et enterré dans le mausolée de sa mère à la grande mosquée de Serigne Babacar SY .Les seules préoccupations de Borom Daara Ji sont les champs et l’enseignement “Mbaye Mi ak Mbaye Sy” comme il se plait à le rappeler dans cet interview exclusive qu’il a accordée à Serigne Alioune Sall Safietou Sy précisément à Tivaouane.
S.A.S : Honorable Khalife Général des Tidjanes.Vous avez soutenu qu’il y’a beaucoup de choses qui vous sont aussi chères sinon plus que la Khilâfa quelles sont elles ?

Je tiens d’abord à te saluer et à te remercier toi Alioune Sall pour le fait que tu t’intéresses à l’œuvre de ton grand père le Vénéré Seydi Hadji Malick Sy. Que Dieu t’assiste. La raison pour laquelle tu m’as trouvé dans ma chambre c’est que je dois respecter les ordres de mon médecin qui m’a interdit toute lecture de même des activités intenses du fait de ma récente opération des yeux. Quant à votre question, c’est vrai que la khilafa est d’une importance notoire pour moi, mais certains évènements l’ont précédé et sont pour moi d’une importance capitale.

Interview exclusive du khalif general des tidianes Elhadji Mouhamadou Mansour Sy Borom Daara – yi
[L'officier Serigne Mansour Sy en 1946 , Camp Militaire de Kaolack .
Un jour de 1938, Serigne Babacar Sy m’a remis une lettre en destination de mon homonyme Al Hadji Mansour Sy Malick, afin qu’il la lise. Il était de leurs habitudes de se concerter sur leurs correspondances respectives afin de trouver la meilleure réponse possible .En 1938 donc, Serigne Babacar Sy reçut une lettre qui l’informa de sa nomination comme président d’une coopérative ainsi que de celle d’El Hadji Mansour comme vice-président. Serigne Babacar Sy me chargea donc de dire à mon homonyme que pour le moment il avait donné une réponse négative et conseilla à ce celui-ci d’adopter la même attitude.
En plus de sa réponse, mon homonyme me remit un poème qu’il me chargea de montrer a mon père et dans lequel il disait : ” Fa yâ Ahmadal Mansour nadjlal Khalifati, Falâ zilta Maneçoûrane ladaa koula widjhati” « Ô toi Mansour, fils de Khalifa, ou que tu ailles, que la grâce de Dieu te suive. »

A la lecture de ces vers Serigne Babacar Sy me dit : « Amin »

Donc ces prières d’Al Hadji Mansour à mon endroit ainsi que le « Amin » de Serigne Babacar Sy sont pour moi deux choses qui m’apporte autant de satisfaction que la Khilafa. En février 1957, un Jeudi toujours, je vins trouver mon père pour l’informer de mon départ pour la Daara .Comme j’avais l’habitude de le faire.

En ce moment il était alité .En fait mon père est resté couché pendant 5 mois. Plus tard un émissaire du nom de Mar Ciss vint me trouver au Daara et m’informa que mon père avait besoin de moi pour régler quelques affaires courantes. Ce jour là il me dit « je te remercie mon fils car si on a besoin d’assistance c’est précisément parce que on est dans l’impossibilité de se satisfaire soi même. Tu m’as assisté que Dieu fasse de même pour toi »

Cette prière de mon père est la deuxième chose qui me vaut plus se satisfaction que la Khilafa.
Le 10 aout 1997, j’allais comme à mon habitude chercher El Hadji Abdou Aziz pour recevoir la délégation officielle. Cela pour respecter encore la coutume qui consistait à aller chercher Al Hadji Mansour Sy Malick, sur ordre de mon père, afin qu’ensemble ils se rendent à la mosquée pour célébrer la nuit du Maouloud.

Le 17 aout donc, je fis savoir à Dabakh que toute assistance était là et n’attendait que lui .Ce jour là, il me remit un poème dans lequel il disait : “Tallâhi mâ talahate chamssoune wa mâ haroubate ilâ wa aneta mounâ khalbî wa wasswâssî”

- Je jure que ne se lève point le soleil et ne se couche t-il point sans qu’en mon fort intérieur je ne pense à toi .
- Jamais je ne m’assois dans une causerie et ne la clôture sans mentionner ton nom .

- Chaque inspiration que je fais et que me vaut un bonheur, et chaque expiration dont la cause est un malheur qui me frappe s’accompagnent de ton image.

- je n’étanche point ma soif sans qu’auparavant je ne t’aies devant moi dans une vision. »

Le 9 septembre1997, un mercredi Ndéye Sophie sa fille, porteur d’un message de son Père vint me voir.

Ce dernier me demandait d’aller faire des prières pour lui aux mausolées de Serigne Babacar Sy et d’El Hadji Malick et après venir le voir.

Quand ce jour là, 2h du matin, je sortis des mosquées je rencontrais Mansour et Mame Alfa Sy Dabakh. Je me réjouis de la coïncidence et leurs fis part de la mission dont j’étais chargé par mon père. Le lendemain jeudi je m’accompagnai de mon fils Cheikh Tidiane Sy ; d’Abdou Sarr et de mon chauffeur Souleymane Dabo à qui je demandais de passer par la route des Niayes afin que je jette un coup d’œil sur mes champs. Là un problème technique avec ma voiture fit que finalement c’est avec Mbaye Gueye que je rejoignis Dakar vers 17h20

Elhadj Moustapha Diop m’accueillit et m’introduisit auprès du vieux qui demanda à l’assistance de rester en place avant de me remettre les vers qui devait me consacrer Khalife de Cheikh Ahmed Tidjani ” Bouchrâkoumou maneçourou khad woulitoumou sirral khilâfati mawrida zamâni, O Mansour, bonne nouvelle ! Vous êtes investi du secret du Kalifat où se désaltèrent les assoiffés …

S.A.S: Il parait que vous avez chanté la bourda pour ton père Serigne Babacar Sy en compagnie d’Ahmad Sy Wellé.
Mon père à d’abord chanté le bourde accompagné de Serigne Ndioba dés l’apparition de la lune.
A la maladie de ce dernier. Il le fit avec Serigne Birane Sarr. Un jour il eut une grippe et demande à ce que Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy et moi nous prenions la relève. Sur ma demande il s’efforça de célébrer l’office, mais cela devait être la dernière bourde qu’il chanta personnellement.

Puis Serigne Cheikh et moi entrions en lice pendant des années mais comme il était souvent retenu à Dakar, Mbaye Dondé le remplaça à mes côtés. Puis à sa disparition en 1957, Seydou Wellé prit la relève.

S.A.S: Il est dit que vous dirigiez admirablement le wazifa?

Un jour que Serigne Babacar était à Ndiassane, Ahmad Sy Wellé, Mandickou, Modou faye et Balla Falli m’entouraient dans une séance de wazifa .A la fin de la récitation quand je retrouvais mon père, il me fit part de l’émotion extrême qui s’était emparée de lui.

Il faut aussi dire que j’étais particulièrement vigilant par rapport à la ponctualité de mes talibés à la mosquée.

S.A.S : Vous avez pour habitude de demander à vos talibés de regagner leurs villages d’origine à la fin de leur formation afin qu’ils y enseignent le Coran .

Lamine Diouf Imam de la Mosquée Seydi Aboubacar Sy faisait partie de mes élèves. Aliou Ndiaye, Assane Diop,Oustaz Nguirane et bien d’autres ont été formé par ma modeste personne et c’est eux qui perpétuent ces enseignements dans les mosquées, et Daaras.

S.A.S: Vous avez aussi pour réputation d’honorer toutes les personnes, sans distinction de leur condition sociale. D’où vous vient cette habitude ?

Cela découle des enseignements du Prophète saw et de la pratique des anciens qui nous servent de guides.

S.A.S : A propos du Gamou, quels sont les fondements du bourde ?

C’est en fonction de la divergence sur la date de naissance du Prophète psl qui, selon les uns et les autres, se situe entre le 2, le 8 ou le 12 du mois de Rabih Al Awal.

El hadji Malick homme de sagesse de modestie et de conciliation pris le bourde (panégyrique du Prophète psl de Imam Boussayri) composé de 10 chapitres et en récitant un pour chaque jour depuis l’apparition de la lune .puis au 12eme jour il célèbre le Maouloud car le 12eme jour est le plus dans les livres

S.A.S : A quand l’université de Tivaoune ?

Cheikh Ngom (Architecte) a déjà fini les plans et ils sont entre les mains des ingénieurs chargés des travaux et du comité de suivi.L’université sera située entre la mosquée de El hadj Malick SY et ma maison. Le cout est de 300 000 millions que je compte libérer seul grâce au produit de mes champs .Ce sera ma contribution pour mon grand père.

S.A.S : Quels ont été les conseils de votre père en ce qui concerne l’agriculture?

C’est lui qui m’a éduqué, formé et donné l’Ijaza, Itlakh et Itlakhoul Itlakh.Avant de terminer mes études j’avais déjà sous son ordre, commencé à enseigner.

Interview exclusive du khalif general des tidianes Elhadji Mouhamadou Mansour Sy Borom Daara – yi
Serigne Mansour SY et son Frere Serigne Cheikh Tidiane SY Al Maktoum
Mon père m’a conseillé de m’adonner à l’agriculture afin de trouver une occupation à mes Talibés. Je me fis donc attribué un champ à Yandal. Ma première récolte n’était pas bonne .Quand je m’en suis plaint auprès de mon père, il me conseilla d’en remettre le produit à Serigne Medoune SARR en guise de Hadiya. A mon arrivée, ce dernier me dit qu’il soupçonnait la main de mon père .Je répondis par l’affirmative.
Bref ma deuxième récolte fut très abondante et mon père très satisfait de moi, me conseilla de persévérer. Aujourd’hui j’ai un système de goutte à goutte qui vaut des centaines de millions.

S.A.S : Que conseillez vous aux talibés faces aux turpides de notre temps?

Le Prophète SAW dit « je vous laisse un chemin radieux dont son jour et sa nuit ne font qu’un »

Fils de marabout ou pas la pratique de la religion, la recherche de la connaissance et le travail sont mes recommandations.

Source: Leral.net
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  306 followers

%d bloggers like this: